Les détectives de l’histoire enquêtent sur qui a trahi Jean Moulin

Nous sommes en Juin à Caluire dans la banlieue de Lyon. La police allemande dirigée par Klaus Barbie arrête un groupe de résistants Français. Parmis eux, Jean Moulin un ancien préfet envoyé clandestinement en France par le général De-Gaulle avec comme lourde mission d’unifier les mouvements de résistance dans la zone sud. Pour la plupart des participants il était évident que le groupe avait été trahi par l’un des siens. On désigne très vite l’un des présents. René Hardy qui a été arrêté puis relâché par les allemands quelques jours avant le coup de filet mais qui a omis de prévenir ses camarades. Après la guerre René Hardy sera acquitté deux fois par les tribunaux réguliers ce qui fait que le mystère demeure. Cette affaire « Jean Moulin » continue de passionner les gens. L’énigme reste entière dans les affaires policières et plus particulièrement dans celle de la résistance Française. Il ne faut pas oublier que « Caluire » reste aussi un enjeu politique d importance.

Jean moulin désigné comme double casquette est le représentant de Charles de Gaulle pour se légitimer d une part et en même temps pour bien tenir en analysant directement les relations intérieurs entre les chefs de la résistance. C’est donc ce jour que dans cette maison seront présents des représentants des mouvements de résistance comme « Combat » et « Libération » et ce jour la qu’une personne présente et qui n’avait pas été expressément invité que va se dérouler l’arrestation de « Max ». Le bilan de l’opération est positif pour les allemands seul René Hardy parvient à s’échapper les autres vont connaître la prison, la torture et la déportation. Deux d’entre eux vont mourir en déportation et bien sûr il y a la disparition de Jean Moulin alias « Max ».