Pershing et Gallwitz dans la Bataille De La Meuse

Dans un secteur du front ouest en France les canons de la première armée des Américaines illuminent le ciel nocturne. Ces salves assourdissantes ouvrent l’offensive Américaine contre le bastion Allemand de l’Argonne. Les défenses allemandes sont positionnées dans une zone boisée et accidentée la forêt de l’arkansas. Au lever du jour les pièces d’artillerie américaines sont encore en train de tirer détruisant de nombreuses positions sur la première ligne Allemand puis l’infantrie Américaines montent à l’assaut et entame le premier engagement américain de grande envergure sur le front ouest. Mais les Allemands exploitent au maximum leur défense et résiste avec acharnement. Le commandement du corps expéditionnaire Américain arrive en France en Juin et fait rapidement comprendre à ses homologues alliés que son armée ne se battra pas inutilement dans des offensives désastreuses. Il ne lancera ses forces sur le théâtre des opérations qu’une fois qu’elles seront suffisamment puissante et bien équipée. En conséquence le corps expéditionnaire Américain ne jouera un rôle significatif qu’a partir de septembre. Les alliés sont passés à l offensive en août et font reculer les forces Allemandes. Ainsi au moi de septembre trois groupes armés alliés sont prêts à frapper. Les britanniques au nord, les Français et les Américains au sud.

Les Américains fraîchement débarqués sont toutefois ferme sur leurs positions et ont comme intention de commander les troupes à leur façon. Il souhaite qu’elles combattent en tant que force indépendante et pas comme de simples renfort des Britanniques ou des Français et il parvient à résister aux tentatives Française de subordonner son armée. Il permet juste que certaines de ses troupes combattent sous commandement allié lors des offensives Allemandes du printemps et de l’été. Ainsi s’engage la btaille pour la Meuse ou les américains apportent un soutient à des armées Française et Anglaise qui s’épuisent enfermées depuis de nombreuses années dans cette guerre de position.