Voyage au centre du cerveau avec Les surdoués de la créativité

Dans un laboratoire universitaire de Sydney en Australie la réalité prend des allures de science fiction des volontaires ont en effet accepté que certaines parties de leur cerveau soit neutralisé à l aide d’un surplus magnétique. Dans un premier temps le teste semble banal on demande aux cobayes de lire une série de dictons contenant des erreurs insérées volontairement, cette étudiante en biologie comme la plupart des autres cobayes de ce test ne sait pas que son cerveau lui joue des tours. Elle connaît si bien ce dicton qu’elle lit presque correctement toute les citations. Même si celles retranscrite de manière erronée sur le moniteur, seuls les formulations réellement absurde la font trébucher. C’est ce mécanisme que s’apprête à être déconnecter avec les micro ondes envoyées sur le côté gauche du cerveau.

Si tout se passe bien dans dix minutes elle détectera infailliblement la moindre erreur dans les dictons. Cette perception inhabituellement est même susceptible d’augmenter provisoirement sa créativités à conditions que l’expérience se passe bien. Les scientifiques sont enfin en mesure d’ouvrir les premières chambres secrètes de nos crânes et d observer l’activité du cerveau et de ces milliards de neurones en phase de réflexion. Parmi les sujets d’étude il existe un fascinant petit groupe de génie aussi exceptionnel que étrange. Ils sont capables de multiplier des nombres à cinq chiffres, de mémoriser intégralement le contenu de ou de rejouer une mélodie au piano qu’ils ont entendu une seule et unique fois. Plus de la moitié de ces prodiges sont ce que les scientifiques appellent des autistes de haut niveau d’autres en revanche ont développé leurs capacités surhumaines suite à un accident cérébral. Aujourd hui les experts du monde entier se demande si de telles facultées ne sont pas à la portée pour chacun d entre nous. Si le génie ne seraient que la conséquence d’une défaillance du cerveau. Les grands hommes du passé de Newton, Albert Enstein en passant par Mozart auraient ils été des autistes de haut niveau parmi les autistes « classique ».